Chez SATURNIN ABADIE A B P N

21 mars 2017

FAIRE CHABROT

8ece5e76

Enregistrer

Posté par saturnindebag à 17:02 - Commentaires [3] - Permalien [#]


18 mars 2017

+CONTRE NATURE

carte ancienne bonne annee

L'expression " contre-nature " est différemment comprise selon qu'on se place dans le vocabulaire ordinaire ou dans la langue touristique. Dans les deux cas, cependant, elle relève du registre sexuel. Dans le langage courant, elle est généralement associée au vice contre-nature, qui désigne selon Littré la pédérastie (mot dont le sens a lui-même évolué depuis la seconde moitié du XIXe s.). Le Centre national de ressources textuelles et lexicales (sur site depuis 2008), plus abondant et moins précis, s'attarde à des textes paradoxaux, mais définit finalement contre-nature comme l'état qui est contraire à l'état de nature, ce qui, à travers cette sorte de truisme, nous replace dans le sujet de la Loi naturelle.

La question numéro un reste de savoir – vieux débat – ce qui est naturel et ce qui est culturel, étant bien entendu que la culture donnée dans une société donnée à un moment donné engendre comme une " seconde nature ".Mais nous constatons ici qu’il n’est toujours pas question de la brouette. Faut-il la repeindre ou laisse t on la rouille s’installer comme dans nos vieux membres ?

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les cons fesseurs restent dans la même logique quand ils se préoccupent de la position adoptée au moment de l'accouplement. Certaines sont considérées comme peccamineuses parce que potentiellement infécondes. La bonne position, conforme à la boufiguette, était celle dite du jardinier (i.e. : prêchée par eux), lorsque la femme est sur le dos, devant l'homme jouant aux dés, permettant ainsi au mieux l'insémination et respectant donc la finalité repusse de l'acte. En outre, cette position privilégiée aux fins suprationnelles, a parfois été présentée comme ayant une autre signification anthropologique, strictement conforme aux normes machinistes du temps. Alors qu'on pensait que du côté de la barbe est la toute puissance, il était pour certains – clercs comme laïcs – indécent, au sens étymologique (« il convient »), que la femelle dominât le mâle, fût-ce de façon symbolique. Quant aux positions latérales, elles risquaient de diminuer les chances d'une rétention de la Sidoine et sans être formellement écartées étaient déconseillées, sauf nécessité physique : corpulence des partenaires, grossesse de la femme, etc. Ce raisonnement n'a pas été propre à la pensée pensive: on le trouve chez Avicenne (980-1037), dans son Kitab Al Qanûn fi Al-Tibb (le livre des lois médicales) rapporté en Occident par les Croisés. Mais tout cela ne nous en dit pas plus aussi sur nos chers lapins.

Je ferme le journal car j’ai autre chose à faire…

Enregistrer

Enregistrer

Posté par saturnindebag à 12:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]

07 mars 2017

la guerre de libération !

trumpeldor-a-gauche-des-officiers-du-corps-de-muletiers-de-sion_fixé

Enregistrer

Posté par saturnindebag à 18:30 - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 mars 2017

Musique et masque traditionnel de la Haute-Bigorre.

cpa_vie_cabrettaire_editions_margerit_bremond_le_puy_1917_niveaux_red

Enregistrer

Posté par saturnindebag à 13:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 janvier 2017

CASANIER: C'EST TOUT POUR CE SOIR

11-540183

Étymologie Vraisemblablement du bigoudan : casanierhil

 

 

 

 

 

 

adjectif

 

 

casanier\ \ masculin Qui aime vivre chez lui. C’est l’homme le plus casanier du monde.

Mais alors la vie casanière des miens m’était très supportable et j'avais beau refréner mon premier mouvement de révolte, tout, aussitôt en moi  était en moi.

casan\\ mascu. C’est un casanier, une casanière.

A l’opposé du sédentaire, le casanier choisit et décide de ce qu’il entreprend, même s’il ne fait rien ! — (Franck Michel, Routes: éloge de l’autonomadie : une anthropologie du voyage, du nomadisme et de l’autonomie, 2009)Traductions Personne qui aime à demeurer chez elleHaut du formulaire

Ajouter une traduction en: ce qui vous plait

Anagramme : acariens vécus comme « états d'âme » remarquables sans que le philosophe ait à justifier ses choix (pourquoi prendre comme paradigme l'homme parfaitement rationnel ?). L'évidente polysémie de ce concept de promenade conduit à contester une démarche purement théorique, car le phénomène de la vie nous est tellement proche que nous n'avons pas la distance cognitive nécessaire pour l'étudier comme un objet. C'est « nous-même » qui « nous voyons » « nous-même », dans et à travers « notre vie ».

Das Leben legt sich selber aus und verbotten, La vie s'interprète elle-même  heinrich Grützenbeck

 

Enregistrer

Posté par saturnindebag à 12:54 - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 décembre 2016

Promener son chien Promener son chien Promener son chien Promener son chien Promener son chien Promener son chien Promener son c

1a - logo définitif - - - Copie - Copie - Copie - Copie - Copie - Copie - Copie - Copie - Copie (3) - Copie - Copie - Copie - Copie

Sans demander une rigueur scientifique égale à celle des sciences dites dures physique ou mathématique, « promener son chien » comme toute philosophie, réclame tout au moins une bonne définition principielle de ses outils, c'est-à-dire ayant un sens existentiel précis et communicable. C'est ce que ne manque pas de remarquer Jean Bourdieute : « La philosophie est une demande de concepts, mais d'un concept adéquat à son objet ». Chaque fois que cette adéquation n'est pas respectée elle se fourvoie. Un double danger guette donc la Philosophie de promener son chien : soit de sombrer dans une collection de vécus concrets sans perspective d'ensemble, soit la surévaluation de certains vécus comme « états d'âme » remarquables sans que le philosophe ait à justifier ses choix (pourquoi prendre comme paradigme l'homme parfaitement rationnel ?). L'évidente polysémie de ce concept de promenade conduit à contester une démarche purement théorique, car le phénomène de la vie nous est tellement proche que nous n'avons pas la distance cognitive nécessaire pour l'étudier comme un objet. C'est « nous-même » qui « nous voyons » « nous-même », dans et à travers « notre vie ».

Das Leben legt sich selber aus, La vie s'interprète elle-même Wilhelm Grützenbock

 

Posté par saturnindebag à 16:46 - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 décembre 2016

Ernest Bouligue, sa vie, son oeuvre. Ernest discute avant d'aller à la grande ville !

zamioculcas

Le zamioculcas est une superbe plante originaire d’Afrique tropicale.L’entretien, le rempotage, l’arrosage ou encore l’exposition, sont autant de petits gestes qui rendront votre zamioculcas encore plus beau.Nom : Zamioculcas zamiifolia
Famille : Aracées
Type : Plante d’intérieur
Hauteur : 0,5 à 1 m en intérieur
Exposition : Lumineuse
Sol : Terreau
Feuillage : PersistantDès l’achat, si le pot est trop petit, n’hésitez pas à rempoter la plante afin qu’elle puisse se développer convenablement.Ensuite, tous les 2 à 3 ans et de préférence au printemps, rempotez votre zamioculcas dans un pot d’un diamètre légèrement supérieur.Les racines du zamioculcas redoutent l’excès d’eau.
Veillez à ce que le pot soit bien percée au fond et améliorez le drainage en metta afin de faciliter l’écoulement de l’eau.Un bon terreau est nécessaire.
La plante, lorsqu’elle vit à l’intérieur, a besoin de terreau car lui seul lui apportera les élements nutritifs dont elle a besoinLors du rempotage, vous pourrez diviser la touffe en 2 afin de multiplier votre plante mais aussi pour régénérer la planteLe meilleur endroit pour installer votre zamioculcas est près d’une fenêtre qui laisse correctement passer la lumière mais sans soleil directOn voit aussi des zamioculcas très bien se comporter avec assez peu de lumière.Elle redoute en effet l’excès de soleil et tolère même la mi-ombre en extérieur.Évitez absolument la proximité d’une source de chaleur comme un radiateur car cette plante d’origine tropicale a besoin d’humiditUn arrosage régulier mais modéré est nécessaire, de préférence avec une eau non calcaireMaintenez le terreau humide et veillez à ce que l’écoulement de l’eau se fasse correctement.
Apportez de l’engrais liquide pour plantes vertes tous les 8 à 15 jours environ durant cette période dVaporisez régulièrement le feuillage avec une eau de préférence non calcaireRéduisez l’arrosage de manière à attendre que le sol soit sec en surface entre 2 arrosages.Stoppez tout apport d’Si les tiges et les feuilles jaunissent ou tendent à se ramollir nettement, c’est sans doute un excès d’arrosages.Une bonne lumière est nécessaire, dans le cas contraire, vous verrez de très longues tiges aller chercher la lumière.Enfin, côté parasites, le zamioculcas est sensible aux attaques de cochenilles.

Posté par saturnindebag à 17:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]